Actualités

Le respect du processus de libération et de changement

Le respect du processus de libération et de changement

Colette Portelance

Le processus thérapeutique de changement de l’ANDC est un processus non directif créateur parce qu’il est centré sur le respect du fonctionnement relationnel de la personne humaine et de son rythme de croissance. Il s’agit d’une démarche initiatique en ce sens qu’elle a pour but la mort du personnage et la renaissance de la personne.

Changer, c’est devenir de plus en plus authentique, c’est être de plus en plus soi-même, c’est travailler à faire renaître la personne enfouie sous les traits du personnage créé par l’introjection, c’est aller à la recherche de sa vraie nature.

Changer, c’est trouver ses critères personnels de satisfaction et de bonheur. Changer, c’est exploiter toutes ses dimensions sans en exclure ou sans en privilégier une seule.

Voilà pourquoi la démarche thérapeutique de changement de l’ANDC n’est pas axée sur la résolution de problèmes mais sur l’attitude à adopter vis-à-vis de ces problèmes. Travailler l’attitude qui est le reflet incontrôlable de la personne globale et de son fonctionnement relationnel inconscient, c’est travailler non pas à résoudre les difficultés mais à y faire face avec plus de pouvoir. Dans son travail, le thérapeute doitrespecter le rythme de croissance de l’aidé. Ce rythme suit certaines étapes qui ne peuvent être escamotées si l’on veut en arriver au changement véritable. Ce sont ces étapes du processus d’évolution, qui sont en fait les étapes de notre libération, de notre renaissance, de notre transformation profonde.

Pour aborder les choses de façon plus concrète, disons que tout aidé, quel qu’il soit, passe par chacune de ces étapes pour atteindre la satisfaction qu’il recherche, pour atteindre sa réalisation et l’amour de lui-même :

    -La prise de conscience

    -L’acceptation


    -La responsabilité


    -L’expression

    -L’observation


    -Le choix des mécanismes de protection

    -Le passage à l’action créatrice

Pour aborder ce processus, il est essentiel de savoir que lorsque nous vivons un problème, le respect de ces étapes conduit de façon certaine, à plus ou moins long terme, au changement et à la satisfaction. L’échec du processus dépend tout simplement du fait qu’une ou plusieurs étapes ont été escamotées.

Généralement, quand nous nous heurtons à un problème, nous cherchons des moyens rapides de le régler par le changement du comportement extérieur, comme l’a fait Juliette. Née d’une mère victimequi se plaignait constamment des attitudes et des réactions du père, Juliette, qui voulait protéger la mère qu’elle aimait, a choisi inconsciemment, très jeune, de remplacer l’homme de la maison auprès de cette femme si malheureuse. Aussi a-t-elle développé au maximum ses qualités masculines pour devenir l’homme que sa mère attendait. À 20 ans, elle avait une allure très masculine et souffrait énormément parce qu’aucun garçon ne lui manifestait de l’intérêt et de l’attention. Elle avait vingt-trois ans quand elle a vu son premier thérapeute. Celui-ci lui a conseillé fortement de changer son apparence extérieure en portant des jupes au lieu de pantalons, en faisant allonger ses cheveux, en maquillant ses yeux. Juliette, qui voulait vivre une relation amoureuse comme celle de sa sœur Annie, a fait de nombreux efforts pour suivre les conseils de son thérapeute, mais en vain. Elle se sentait fausse, artificielle et ridicule dans ces déguisements. Elle a donc laissé sa démarche thérapeutique pour la poursuivre un an plus tard avec moi. C’est alors qu’elle a compris et accepté pourquoi il lui avait été impossible de régler son problème par des changements de comportement. En effet, son choix inconscient de s’identifier à un garçon lui avait valu l’amour de sa mère et aussi celui de son père, qui avait toujours souhaité avoir un fils. Juliette avait non seulement une apparence masculine, mais elle avait aussi appris, avec son père, à être une excellente joueuse de hockey, de baseball et de football.

Changer son allure extérieure pour la rendre plus féminine, c’était toucher sa peur inconsciente de ne pas être aimée par ses parents. Elle avait adopté cette attitude pour ne pas perdre leur amour; elle ne pouvait la changer sans reconnaître et sans accepter son besoin d’amour et sa peur de perdre. Elle ne pouvait non plus changer quoi que ce soit sans accepter le mécanisme de défense qu’elle avait adopté inconsciemment pour se protéger contre cette peur, c’est-à-dire le personnage masculin. Ce sont cette connaissance et cette acceptation d’elle-même qui lui étaient nécessaires pour s’ouvrir au changement. Autrement, le changement aurait été artificiel et peu durable. La compréhension de son fonctionnement relationnel et le respect des autres étapes du processus de libération ont permis à Juliette de travailler non seulement ses difficultés avec les hommes mais aussi tous ses problèmes relationnels, y compris ceux qui marquaient depuis toujours sa relation avec ses parents. Juliette avait un besoin vital de plaire et d’être aimée au point de se nier elle-même. Lui faire changer uniquement son comportement pour régler le problème, c’était lui suggérer inconsciemment que, pour être aimée, elle devait répondre aux critères des autres comme elle l’avait toujours fait, sans se respecter elle-même. Aborder un problème en se concentrant sur le fonctionnement de la personne, c’est aider cette dernière à prendre le pouvoir sur sa vie et lui donner des moyens de faire face à toutes les difficultés sans qu’elle ne se sente trop démunie. C’est en lui-même seulement que l’être humain peut trouver la solution à tous ses problèmes et c’est par ses propres outils intérieurs qu’il peut les résoudre. Voilà ce que permet d’atteindre le processus d’évolution de l’Approche non directive créatrice.

© 2018 Centre de relation d’aide de Montréal inc. CRAM, ANDC, APPROCHE NON DIRECTIVE CRÉATRICE & le Service ANDC-AIDE sont des marques de commerce (MD). Tous droits réservés.